Peut-on être gros et bio ?

Au moment de choisir un aliment, j’ai tendance à privilégier les petites entreprises, la ferme à taille humaine, l’artisan transformateur, la boutique de centre ville. La rencontre avec les entrepreneurs est plus facile. Je peux mieux sentir si je suis sur la même longueur d’onde. Je soutiens une économie réelle souvent ancrée sur un territoire, où le projet est autant personnel que professionnel. C’est souvent une histoire de passion et d’engagement, une véritable aventure humaine, plus qu’une opportunité de marché ou de profits.

Mais alors que faire avec toutes ces entreprises de plus grandes tailles, de la PME à la multinationale ? Sont-elles toutes à mettre dans le même panier, et à boycotter autant que possible ? Je ne crois pas. Même si cela demande parfois un peu plus de recherche d’informations, il y a des moyennes et des grandes entreprises qui ont des projets d’une grande qualité et un impact positif important. Ce blog participatif peut justement servir à partager nos connaissances et nos expériences sur ces acteurs, comme je l’ai déjà fait avec les articles sur les Fralib et Ethiquable ou même Nutrinat.

A l’inverse, certaines recherches pourraient nous encourager à passer notre chemin devant certaines marques… En 2014, un travail d’enquête approfondi avait permis à Kokopelli de révéler l’offensive des multinationales de l’agro-alimentaire sur des acteurs du Bio en France.

Dans cette série d’articles “La Bio piratée” Kokopelli analyse les origines des fonds et les activités de ces grandes entreprises comme Hain Celestial et Royal Wessanen qui possèdent des marques bien connues comme Lima, Evernat, Bjorg ou Bonneterre, et bien d’autres. Ainsi, même si Bonneterre vient d’être certifiée B Corp, après avoir été labellisée Bioentreprise Durable, et que certains de ces produits sont délicieux, j’aurais tendance à préférer des alternatives indépendantes des marchés financiers, comme les marques du groupe Léa nature : Vitamont, Jardin Bio, Carte Nature, Priméal, Bisson, Pain des Fleurs.

Pour partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.