Des tiers lieux “alimentation”

Comme les épiceries participatives, les tiers lieux sont un phénomène “organisationnel” assez récent en France qui surfe sur l’envie de travailler et de vivre différemment, c’est-à-dire avec plus de liberté et plus de fraternité pour aider chacun à trouver sa juste place. Pour faire simple, ce sont des lieux physiques permettant d’y travailler et d’y passer un moment convivial, qui sont animés afin de favoriser de l’inter-connaissance et de l’entraide. La plupart sont généralistes mais certains regroupent des acteurs autour d’une thématique. J’en connaissais dans la culture, les technologies numériques (Fablab), dans l’économie solidaire, mais grâce à cet article j’ai découvert qu’il en existe plusieurs dans le secteur de l’alimentation dont le projet phare Foodentropie dans le château de Nanterre.

Ces communautés ancrées sur des espaces ont potentiellement plusieurs vertus. En effet, au-delà du développement d’espaces de travail et de vie de qualité, et de l’enrichissement du réseau relationnel de leurs acteurs, les tiers lieux peuvent favoriser les initiatives et les innovations. On comprend ainsi mieux l’intérêt et les questions que suscitent ces nouveaux outils du développement local.

Pour partager cet article

Une réponse sur “Des tiers lieux “alimentation””

  1. cela fait du bien de voir que cela commence sérieusement à s’implanter et s’organiser en France, surtout dans les grandes villes plus avant-gardistes… le dé est lancé pour créer ces espaces conviviaux un peu partout sur le territoire du Nord au Sud…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.